Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

SAINTE JEANNE-ÉLISABETHÉtablissement d'enseignement privé sous contrat d'association avec l'ÉtatEnsemble scolaire privé Sainte Jeanne-Élisabeth
menu

Classe de 1ES/TES

Classe de 1ES/TES

Bienvenue en série ES !

La crise – Quelles crises ?

Le monde est en crise, on nous rebat les oreilles chaque matin de cette crise à laquelle personne ne comprend rien et qui semble nous menacer tous. Les élèves, comme tout le monde, l’évoquent comme un mot magique, sans savoir quand elle a commencé ni en quoi elle consiste, ni s’il y en a une ou plusieurs. Il y a aussi d’autres mots qui reviennent.  Explosion : explosion des inégalités, explosion du chômage, impossible égalité entre les hommes et les femmes. Stress au travail, jusqu’au burn-out. Une sorte de fin des haricots général qui concernerait à la fois la société, l’école, l’entreprise et le monde. Bref, tout !

L’objet de sciences économiques et sociales est de mettre un peu d’ordre dans cet incessant flot d’informations qui nous arrive de l’extérieur et de le transformer dans la classe en un discours fondé, organisé, structuré, une source de réflexions et d’interrogations. Préparer les élèves à une meilleure compréhension du monde.

Aujourd’hui,  dans le contexte actuel, il faut bien avouer que c’est particulièrement ambitieux, mais il est facile d’être persuadé que c’est totalement nécessaire.

 

Quelques caractéristiques de la 1ère et terminale ES à SJE :

  • Une seule classe de 1ES et de TES de 30 élèves environ.
  • Trois spécialités proposées : mathématiques, économie approfondie et sciences politiques
  • LV1 : anglais – LV2 : espagnol ou allemand (possibilité d’inverser pour le bac)
  • Section européenne anglais facultative avec 1h d’enseignement d’histoire en anglais
  • 3 options possibles: italien, arts plastiques ou musique.

Pour chacune de ces options, l’élève s’engage pour 2 ans. Toute option commencée en 1ère se poursuit en effet obligatoirement jusque fin terminale et sera présentée au bac.

Préparation à la certification Cambridge FIRST (facultatif)

Gros plan sur l’option  « musique »

En 1ère, les élèves suivent cet enseignement à raison d’1h par semaine. Pendant cette heure, le travail d’apprentissage d’une culture générale se poursuit (sur d’autres œuvres que celles abordées en 2nde pour les élèves qui auraient déjà choisi cette option en 2nde) et les élèves jouent des morceaux en groupe. En terminale, 1h30 de musique par semaine.

Les élèves préparent le programme du bac, à savoir 3 oeuvres imposées.

Lors de l'épreuve, l'élève est interrogé sur l'une de ces 3 oeuvres et doit la comparer avec une œuvre que le jury lui propose (œuvre que l’élève n’a pas étudiée). De plus, il doit présenter un morceau de son choix avec son instrument ou sa voix (ou les 2!) On ne leur demande pas de jouer comme Bach mais d'avoir la capacité de jouer ou chanter seul(e) pendant 5 minutes.L'épreuve est coefficient 2, et seuls les points au dessus de la moyenne comptent! Ils sont doublés si cet enseignement est choisi en option 1.
Tout le monde peut s’inscrire. Il faut cependant avoir des notions de musique (jouer d'un instrument ou chanter) pour pouvoir s'inscrire. Le professeur d’éducation musicale n’apprend pas aux élèves à jouer d'un instrument.

Une nouvelle arrivée: l’option facultative arts plastiques

En 1ère

Dans la continuité des pratiques vues en classe de seconde, les élèves vont commencer à interroger les rapports de l'oeuvre à son espace de présentation (notion de terminale) autour d'une question centrale : la représentation

L'enseignement en première se fait plus libre. Les sujets et contraintes sont toujours communs mais les consignes sont plus ouvertes et les choix personnels dans le travail de l'élève auront une place de plus en plus importantes.

Abordée en relation avec les productions des élèves, la représentation permet d'interroger :

  • les procédés de représentation (les outils, les moyens et techniques, les médiums et matériaux utilisés et leurs incidences) ;
  • les processus (le cheminement de l'idée à la réalisation, les opérations de mise en œuvre, la prise en compte du temps et du hasard, la production finale) ;
  • les codes (modèle, écart, ressemblance).

Dans l'enseignement des arts plastiques, la culture et la pratique dialoguent étroitement et constamment.  Au-delà de l'inspiration produite par les œuvres, l'élève sera capable de défendre un point de vue critique et développera une méthode d'analyse d'œuvre.

En terminale

Suivre un enseignement facultatif ne nécessite pas de prérequis particulier.

L'expérience et la connaissance de certains domaines artistiques et la motivation garantissent de profiter pleinement cet enseignement et d'y réussir, notamment en vue de l'obtention du baccalauréat.

Dans une très large autonomie, les élèves vont prolonger le questionnement sur la représentation abordé en classe de première et vont s'attacher à la notion de présentation qui finalise l'acte artistique.

  • l'aspect matériel de la présentation : le support, la nature, les matériaux et le format des œuvres 
  • tradition, rupture et renouvellements de la présentation : la tradition du cadre et du socle, ses ruptures et renouvellements contemporains 
  • les espaces de présentation de l'œuvre : l'inscription des œuvres dans un espace architectural ou naturel (privé ou public, institutionnel ou non ; pratiques de l'in situ) 
  • le statut de l'œuvre et présentation : le statut de la production ou de l'œuvre, sa reconnaissance artistique et ses éventuelles mises en question (« ready-made » ou création élaborée, caractère pérenne ou éphémère, unité ou éclatement des supports, etc.)

Culture et  pratique dialoguent toujours étroitement et constamment. L'élève consolide une méthode d'analyse d'œuvre.

Les élèves, en plus des œuvres liées à chacun de leurs projets, ont un programme imposés de trois œuvres spécifiques afin de favoriser une étude approfondie de différents dispositifs de « présentation » (techniques, plastiques, symboliques et poétiques). Les deux premières œuvres sont inscrites dans la production du XXème siècle, la troisième appartient obligatoirement à une période antérieure.